Franchise Promue: Kumon

Démarrez la franchise de tutorat par excellence chez vous!

Démarrez la franchise de tutorat par excellence chez vous!

Si vous habitez l’une des grandes villes canadiennes, il y a fort à parier que vous avez déjà vu les enseignes bleues à la bouille pensive de Kumon près de chez vous.

Chaque année depuis 2002, Kumon décroche la palme de la meilleure « franchise de tutorat » de la liste Franchise 500MD du magazine Entrepreneur, classement le plus prestigieux en la matière. Kumon compte aujourd’hui plus de 350 franchises au pays, du jamais vu. Si les centres d’apprentissage se trouvent pour la plupart en régions métropolitaines, la situation pourrait bien changer, à en croire Mike Shim, président de Kumon Canada.

« Les affaires vont extrêmement bien. Fortes de notre marque internationale, les franchises Kumon ont toujours été une option d’affaires viable pour les entrepreneurs. Or, nous voulons maintenant étendre nos services aux familles en dehors des grands centres, explique-t-il. Des franchises plus petites et aux heures d’ouverture plus souples existent désormais dans des marchés secondaires, comme Lloydminster, Fort Saskatchewan et Mission, et nous avons confiance de pouvoir bientôt offrir nos programmes de mathématiques et d’anglais à plusieurs autres localités. »

Le « faux » centre Kumon du centre commercial Elgin à St. Thomas, en Ontario, donne aux visiteurs un avant-goût de ce à quoi pourrait ressembler une petite franchise chez eux. Kumon a recours à ce stratagème pour faire rayonner la marque en dehors des grandes agglomérations, dans les collectivités qui recèlent un fort potentiel.

Craig Mayer, chef du développement local à Kumon Canada, explique que son équipe se rend directement sur place pour recruter des franchisés. « Un centre Kumon, c’est une entreprise exploitée en propre : le franchisé joue aussi le rôle d’instructeur Kumon; ce n’est pas un investisseur qui confie la gestion des activités à quelqu’un d’autre. Le franchisé s’investit personnellement auprès des enfants. C’est donc tout à fait logique pour nous d’aller dénicher sur place les meilleurs candidats pour diriger un centre Kumon au lieu d’attendre que les intéressés viennent à nous, explique M. Mayer. Dans le cas de Shivani, elle croit si fermement en notre programme qu’elle a décidé d’ouvrir une franchise Kumon dans sa nouvelle ville de résidence. »

Shivani Wazir est devenue « parent Kumon » en 2008 lorsqu’elle a inscrit sa fille aînée au centre Kumon de Prince George, en Colombie-Britannique. Cinq ans et quelques milliers d’exercices Kumon plus tard, la famille a dû déménager à Lloydminster, en Alberta, à deux heures et demie de route du centre Kumon le plus près, celui de Sherwood Park.

« Lorsque nous sommes arrivés à Lloydminster, j’ai téléphoné à Kumon pour voir s’il y avait un centre dans le coin. On m’a dit que non et que l’ouverture d’une franchise ne figurait pas dans les plans à court terme, malgré l’intérêt de plusieurs candidats sérieux. Or, je voulais vraiment que ma fille puisse terminer le programme. » Déterminée et convaincue des avantages de Kumon, Shivani a inscrit sa fille au centre de Sherwood Park, quitte à parcourir durant trois ans les 230 km qui séparaient les deux villes. « Voyant mon dévouement et mon attachement au programme, Greg, l’instructeur de ma fille, m’a encouragée à ouvrir mon propre centre à Lloyd. »

Shivani s’est renseignée une première fois sur la possibilité de devenir franchisée Kumon en 2016. « Ça a été un processus de longue haleine. Mon travail à la banque et mon quotidien me tenaient fort occupée. Je dois avouer que le risque me faisait aussi hésiter : Lloydminster compte deux fois moins d’habitants que Prince George, et pratiquement personne ici ne connaissait Kumon. Or, après réflexion, je me suis dit qu’au-delà du nombre et de l’endroit, les parents et les enfants sont ce qu’ils sont. Le modèle d’affaires adapté aux petites villes m’a aussi confortée dans ma décision. J’ai donc ouvert le centre en mai 2018, et la croissance est beaucoup plus forte que ce que j’avais imaginé! Et surtout, quel bonheur de ne pas avoir à faire deux heures et demie de route, deux fois par semaine, pour conduire ma plus jeune chez Kumon! »